Un jour, un jeu #1 – Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots

Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots

Metal Gear !! Licence chère à mon coeur !! Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler du 4ème opus de la saga SOLID sur console de salon. Aujourd’hui, j’ai envie de m’attarder avec vous sur Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots.
WAR HAS CHANGED, certes. Mais pas mon amour pour cette saga !!


Avant toute chose, des présentations de base sont de rigueur : Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots est un jeu édité par Konami et développé par Hideo Kojima ainsi que son équipe de l’époque (l’époque avant son éviction par Konami). Le jeu, sorti exclusivement sur PlayStation 3 le 12 juin 2008, se passe en 2014 soit 5 ans après les incidents de Metal Gear Solid 2: Sons of Liberty (mon MGS préféré au passage).

L’ultime combat d’un soldat

Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriot signe la conclusion de nombreux personnages de cette emblématique saga tels que Solid Snake AKA Old Snake, ainsi que Revolver Ocelot AKA Liquid Ocelot. Dans ce 4ème opus de salon, on y retrouve un Solid Snake renommé Old Snake très âgé, fatigué de ses derniers combats, à qui l’on donne une dernière mission, faire face à l’inssurection de Liquid Ocelot et éliminer ce dernier ! Notre protagoniste ne sera pas seul car il sera accompagné de Hal Emmerich, surnommé Otacon et il pourra compter sur son indéfectible loyauté afin de mener à bien sa toute dernière mission. 

D’autres personnages tels que Roy Campbell, Naomi Hunter et Raïden croiseront la route de notre vieux soldat afin de l’assister dans sa mission. Metal Gear Solid 4 signe l’apothéose de ce cher Solid Snake qui devra voyager pour en finir avec liquid Ocelot, pour en finir avec les Patriotes, du Moyen Orient à l’Europe de l’est tout en passant par la fameuse île de Shadow Moses.

Le fan service of the Patriots

Metal Gear Solid 4 n’est pas en reste concernant le fan service. En effet, ce 4ème opus regorge d’anécdotes et d’easter eggs sympathiques afin de faire vibrer les amoureux de la franchise. Le retour de certains personnages tels que Naomi Hunter, Eva (Big Mama), ainsi qu’un certain Johnny vous feront rappeler, non sans une certaine émotion, de grands moments vécus auparavant dans Metal Gear Solid. De plus, certains passage du jeu vous rappelleront certains aspects techniques des anciens opus, comme un certain moment à Shadow Moses par exemple…

Les Beauties and the Beasts, parmi les antagonistes et boss de ce 4ème opus, vous replongeront dans quelque souvenirs… surtout chez un certain Screaming Mantis avec son gameplay particulier et sa cinématique finale… D’ailleurs, on y vient…

Metal Gear: Cinematic

Avec ce titre, le pop-corn est de mise. En Effet, Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots regorge de plus de 9 heures de cinématique afin de rassasier les joueurs sur le point de conclure avec les péripéties de Solid Snake. Ces fameuses cutscenes arrivent à mettre en avant des personnages secondaires et force est d’admettre que via ces cinématiques, notre attachement envers eux se renforce beaucoup plus. Le mode pop-corn et cinéma nous fais aussi ressentir la souffrance de ce bon vieux Solid Snake, l’utilité d’en finir, de finir cette dernière mission malgré la vieillesse, la douleur… MGS4 n’est, certes, pas avare de scènes explosives, comme la scène finale de l’acte 3 en Europe de l’est.

Sans pour autant spoiler, MGS4 nous montre aussi la fin de certains personnages et c’est à ce moment que votre pop-corn perd de son croustillant… et oui, les larmes, ça mouille ! Quoi qu’il en soit, ces cutscènes sont nécéssaires pour finir en beauté avec le combat de Solid Snake. Mais vous aurez beau penser avoir fini le jeu à un moment donné que the best is yet to come… heuu. que le meilleur reste encore à venir. En effet à la toute fin, on y retrouve Solid Snake avec un autre personnage emblématique de la franchise que je vous laisse découvrir ci-dessous en vidéo.

La boucle est bouclée

Oui oui, avec ce titre vous allez me dire que MGS 4 n’est pas le dernier de la saga car s’en sont suivi Metal Gear Solid: Peace Walker en 2010, Metal Gear Solid V: Ground Zeroes en 2014, Metal Gear Solid V: The Phantom Pain en 2015, ainsi que…. heeeeuuu… un spin off en 2018… Et vous n’auriez pas tout à fait tort !
Mais pour ma part et bien que j’ai apprécié Peace Walker et MGSV, ce 4ème titre conclu en beauté sur le combat de ce cher Solid Snake, ainsi que de son ami Otacon dont on a tout de même très peu parlé. D’ailleurs en y repensant, la génération Solid Snake/Otacon est, à mon sens, beaucoup plus belle que la génération Big Boss/Huey/Kaz’ dans le sens ou malgré les imprévus/les aléas de la vie, malgré la part d’ombre de ces protagonistes, on y retrouve « du bien » au final, d’ailleurs beaucoup mis en évidence que dans l’ancienne génération et sans être trop manichéen.

Au final…

Bref, Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots est un opus essentiel à la saga pour un tas de raisons (mentionné plus haut). Il est vrai que je n’ai pas parlé de son gameplay (que je trouve un peu rigide avec le temps). Mais ça n’enlève en rien le fait que cela reste une excellente expérience que je refait au moins deux à trois fois par an.

Je vous dis à très bientôt pour de nouvelles chroniques à venir.

Rogfox out !

Author: Rogfox

Fondateur de Gamer's Ration MAG. Joueur PS4/PS3 et PC. Je suis un gros fan de la licence Metal Gear depuis plus de 15 ans ainsi que de la trilogie Mass Effect depuis 2008/2009. J'aime aussi ce que fait Naughty Dog depuis ces 10 dernières années. Je joue aussi à certains jeux de chez Ubisoft, de dévs indés et bien d'autres encore... Voilà voilà ! A très bientôt sur le site.

Laisser un commentaire